Chat with us, powered by LiveChat

Créez et maintenez un bon karma avec l’orthothérapie

Bienfaits du massage
22 mars 2019

Vos douleurs musculaires se comparent à la notion de karma : elles ne sont aucunement le fruit du hasard! Et tout comme le karma, elles s’améliorent ou empirent un geste anodin à la fois, une décision d’apparence insignifiante après l’autre. En fait, vos douleurs musculaires ne représentent-elles pas un exemple parfait du principe de cause à effet?

En tant que client, après avoir visité votre orthothérapeute préféré, vous êtes soulagé et planez sur votre petit nuage ouaté! Cependant, la réalité utilise inévitablement et sournoisement la gravité terrestre pour vous ramener sur le plancher des vaches. Votre problème musculaire se repointe éventuellement le bout du nez, vous faisant vivre un cocktail d’irritations et vous rendant de mauvaises humeurs. Vos douleurs sont comme un collant trop collé, pas décollable.

À l’inverse, serait-il possible pour vous de profiter du « momentum » de votre traitement d’orthothérapie, d’en faire perdurer les effets pour vous propulser vers votre rétablissement? N’avez-vous pas envie de combattre la gravité et la douleur en donnant quelques battements d’ailes pour vous envoler vers l’apaisement? N’avez-vous pas envie de créer et maintenir un bon karma?

Effectuons donc un peu de mathématique. Mais d’abord, empruntons un petit détour…

 

L’ingrédient secret de votre soulagement? Votre implication!

Aide-toi et le ciel t’aidera

Pour illustrer la situation, disons que le chemin vers votre soulagement se divise grosso modo en trois parts de tarte :

• Votre corps sait ce qu’il fait; il effectue un tiers du travail lors de l’approche clinique.
• L’orthothérapeute, de son côté, canalise les efforts du corps dans la direction optimale; un tiers des efforts lui revient.
Et vous, cher client, vous détenez le dernier tiers entre vos mains! Personne d’autre que vous-même ne peut vous faire marcher le dernier mile.

Si vous laissez votre orthothérapeute ramer seul, c’est comme si vous lanciez un gros morceau de votre tarte par la fenêtre! Et personnellement, j’aime la tarte, alors pas de gaspillage!

Déjà, vous ressentez les bienfaits après votre visite chez votre orthothérapeute. Imaginez le bonheur que vous pourriez atteindre en y mettant du vôtre par la suite!

Cela dit, ah oui! Les mathématiques…

 

L’équation mathématique

Une semaine comporte 168 heures. Un mois, 720 heures.

Lorsque vous consultez votre orthothérapeute préféré hebdomadairement ou mensuellement, vous lui demandez de contrecarrer toutes ces heures de vos aventures rocambolesques. Et ce, en une seule petite heure!

Même si votre orthothérapeute est « awesome », avouons que le ratio n’est pas à son avantage! Autant lui demander d’assiéger des fortifications avec une cuillère.

C’est la raison pour laquelle votre participation est essentielle, afin de convertir quelques-unes de ces 167 ou 719 heures restantes de notre côté.

Deux options s’offrent à vous pour modifier positivement l’équation de votre problème. Oui, oui! Pas trente-deux : deux!

1- Éliminez les variables négatives sabotant votre équation;
2- Ajoutez ou amplifiez les variables positives.

Pourquoi se compliquer la vie?

 

Option #1 : éliminez le négatif

« P-O, je lève des charges pendant toute la journée et, comme par hasard, j’ai mal au dos quand je reviens chez moi! » Les chances que vous travailliez inadéquatement sont plutôt élevées. Employez vos jambes plutôt que votre dos.

« P-O, c’est bizarre : je vais super bien, mais quand je me réveille, j’ai mal. » Votre position de sommeil, votre matelas ou votre oreiller méritent probablement une investigation.

Effectivement, éliminer les facteurs aggravants, et donc le mauvais karma, nécessite bien moins d’efforts pour obtenir un résultat positif et tendre vers le bon karma. En général, soyez à l’affût de ce qui aggrave vos symptômes.

Certes, ce processus demande parfois un effort de volonté et de conscientisation. Bouleverser une routine, un mode de vie ou des habitudes, ça dérange!

Cependant, toutes les problématiques évoluent par pattern. Et où le pattern prend habituellement racine? Dans votre routine, votre mode de vie et vos habitudes. Ces facteurs aggravants au mieux ralentissent votre progression et, au pire, sabotent vos efforts et déclenchent une récidive.

Logiquement, les éliminer de votre équation devrait être la première étape.

 

Option #2 : amplifiez le positif

« P-O, quand j’ai mal, je mets de la chaleur et ça me fait du bien. » Et bien dans ce cas, chauffez-moi ça!

« P-O, c’est bizarre : si je place un coussin sous mes genoux quand je dors, j’ai beaucoup moins mal au dos à mon réveil. » Et bien, dormez avec!

N’attendez pas la permission de votre orthothérapeute pour soulager vos symptômes. Have fun!

De plus, vous pouvez compenser une variable négative par une variable positive. Par exemple, vous vous entêtez au gym à lever des charges avec votre dos? Renforcez-le! Un corps en meilleure forme est plus apte à effectuer le travail que vous exigez de lui en diminuant le risque de devenir problématique. En gros, il gère bien mieux l’abus que vous lui faites subir.

Ce n’est pas l’idéal, mais, selon les mathématiques 101, deux variables de valeur égale s’annulent si l’une est négative et l’autre positive!

Mais prenez garde. Assurez-vous de ne pas saboter votre variable positive! Par exemple : le meilleur des bureaux ergonomiques ne détient aucune valeur si vous vous évachez sur votre chaise.

 

Et option #3!

Je vous ai menti. Une troisième option se présente à vous. Quelle est-elle? Combinez les deux! Imaginez à quelle vitesse votre équation deviendra positive si vous éliminez les variables négatives tout en amplifiant les variables positives! C’est l’option idéale et la plus efficace.

Et quel chemin votre orthothérapeute préféré empruntera-t-il pour diminuer le négatif et augmenter le positif? La recommandation d’exercices.

 

Faites vos exercices

Votre orthothérapeute vous suggère des exercices à faire à la maison? Faites-les! Maintenant. Immédiatement. Hier. Aucune excuse!

Une philosophie suggère que si une tâche requiert moins de cinq minutes à accomplir, vous devriez l’effectuer à l’instant au lieu de la remettre à plus tard. Dans le pire des cas, au moins vous ne reculez pas. Dans le meilleur des mondes, vous continuez à avancer sans que votre orthothérapeute préféré soit derrière vous à vous pousser. Il semble que c’est gagnant-gagnant!

Et si vous affirmez que votre horaire est si chargé que vous ne pouvez aucunement dédier cinq minutes de votre temps à vous-même… eh bien (excusez le langage), je dis foutaise (oui, oui)! À ce stade, ce n’est aucunement une question de gestion du temps, mais plutôt de motivation.

L’habitude perdure quand la motivation faillit.

 

Habitude et motivation

Comment créer une habitude? Le cerveau raffole des répétitions. Créez un pattern : effectuez vos exercices toujours les mêmes jours de la semaine, aux mêmes heures. Par la suite, répétez le comportement. Répétez, répétez et répétez. Et répétez encore. Armez-vous de patience. La rumeur veut qu’une habitude requière approximativement trois semaines à s’établir ou, à l’inverse, se perdre.

De plus, profitez d’un renforcement positif afin de mieux cimenter l’habitude que vous désirez acquérir : récompensez-vous! Vous éprouvez une difficulté à être constant dans vos exercices? Vous mordez d’envie de regarder votre émission préférée? Regardez-la après avoir effectué vos exercices. Vous avez faim ou vous désirez prendre un café? Grignotez après avoir fait vos devoirs.

Et quelle est une des meilleures habitudes à établir pour votre corps? Posséder sa propre routine d’entretien.

 

Entretenez-vous

Votre corps est conçu pour bouger. Alors, bougez!

L’objectif est d’encourager ses mécanismes à bien s’huiler. Choisissez n’importe quelle activité qui travaille globalement votre corps : par exemple, nager, ramer, une belle routine globale de gym ou de yoga pilates ou calisthénique. Contrairement à ce que certains clients croient, il n’est aucunement question de se lancer en culturisme ou de courir des marathons!

Même la cohérence cardiaque, qui consiste à effectuer des exercices de respiration pour régulariser la vitesse des battements de cœur, peut faire l’affaire pour vous aider à gérer votre stress.

Sur ce point, je ne compte plus combien de fois un client m’a mentionné : « P-O, c’est bizarre. Si je m’entretiens, je n’ai pas besoin de venir te voir. Si je suis moins assidu, je récidive immédiatement. »

 

Vous savez quoi? Dans le fond, vous n’êtes aucunement obligé d’effectuer quoi que ce soit qui a été mentionné plus haut. Pour nous, les orthothérapeutes, s’attaquer à un cas problématique demeure bien plus stimulant intellectuellement et valorisant que d’effectuer un simple entretien. Qui suis-je pour vous imposer tyranniquement quoi faire ou ne pas faire?

Et hey! Moins vous cumulez de karma positif et plus vous requérez les services de votre orthothérapeute préféré.

Je vous encourage donc à ne pas écouter ces suggestions… 😉!

 

Philippe-Olivier Jasmin, collaborateur AMS
Orthothérapeute clinicien MQ, il œuvre depuis 2007 en clinique multidisciplinaire et en clinique médicale privée. Il est également superviseur-coach d’orthothérapie au campus de Montréal de l’AMS.

Mais qui est Philippe-Olivier Jasmin? Une partie rêveuse, un soupçon de zèle et de perfectionnisme, beaucoup de zen, des esprits de guerriers et de philosophes, et juste assez de sarcasme et d’humour. Partez le malaxeur. Bam! On a un P-O.

Partager cet article
Retour au blogue
Partager cet article
Articles récents