Chat with us, powered by LiveChat

Épisode 1 : Un orthothérapeute AMS en clinique multidisciplinaire

Carrière
19 septembre 2018

Ma formation à l’Académie de massage scientifique est mise à l’épreuve

 

Un long parcours se termine

Nous sommes en décembre 2017. La dernière clinique-école d’orthothérapie est à guichets fermés. Les orthothérapeutes s’affairent à compléter leurs derniers traitements à titre d’étudiants à l’AMS. Je fais partie du groupe et j’en suis fier.

L’AMS et ses instructeurs nous ont mis à rude épreuve. Nous sommes tous sur notre deuxième souffle, les yeux rivés sur la ligne d’arrivée de notre formation d’orthothérapeute. C’est l’histoire de tous les orthothérapeutes qui ont suivi le parcours du programme de l’Académie. Ce soir, nous lèverons un verre à notre succès académique.

Dès le lendemain, je songe à mon futur et aux opportunités qui se présenteront. Je rêve d’un poste dans une clinique multidisciplinaire où je pourrai utiliser les connaissances acquises durant ma formation. Ma tête est pleine de questions. Ai-je assez de connaissances ? Seront-elles suffisantes ? Mes traitements seront-ils à la hauteur ? Est-ce que le temps et les ressources que j’ai investis dans ma formation à l’AMS rapporteront des dividendes ? J’espère.

Le temps des fêtes terminé, je me dirige à l’AMS de Laval pour rejoindre « la gang » et écrire l’examen certificatif. Après correction, Myriam, notre directrice nous remet nos diplômes tant attendus et si bien mérités. Nous nous dirigeons alors vers le resto pour célébrer notre succès. Attablé avec mes collègues et en pleine célébration, mon téléphone vibre. L’afficheur indique Lucie L., une de mes clientes régulières en clinique-école à qui j’ai donné mes coordonnées. Curieux, je m’excuse et m’éloigne pour prendre l’appel.

 

Une cliente de clinique-école me réfère

« Bonsoir Daniel. Je vous appelle parce qu’une de mes amies est directrice à Concordia Physio Sport de Pointe-Claire et elle m’a demandé si je connaissais un massothérapeute certifié. J’ai pensé à vous. Seriez-vous intéressé ? »

Le souffle coupé.

 » Mais certainement, merci d’avoir pensé à moi.

–  Avez-vous un CV ?

– Oui, il est disponible en ligne, désirez-vous le lien ?

– Oui, s’il vous plaît, textez-le-moi et je lui fais parvenir immédiatement. »

De retour à la table, j’en fais part à « la gang ». Bravo ! Bonne chance ! Tu vas l’avoir ! Benoit, mon prof, avec son sourire contagieux et ses yeux brillants me dit : « C’est à toi ce poste Dan, t’es prêt et tu le mérites ! »

À la fois euphorique et en panique, je retourne chez moi attendre.

 

Ça déboule, vitesse Grand V

Le lendemain matin, ça déboule. Entrevue à 14 heures. Panique et peur de l’échec m’envahissent. Je me parle. « C’est le temps de mettre à l’épreuve ta formation. On a fait de toi un thérapeute professionnel. C’est comme une clinique-école Dan, prépare ton sac de thérapie, respire par le nez, tout va bien aller. N’oublie pas ton tablier ! »

Je me rends au rendez-vous. Arrivé à la réception, je regarde le tableau qui liste les membres de l’équipe. Je fais un pas en arrière. AYOYE ! C’est comme un Costco de la thérapie, il y a de tout ici : médecins, orthopédistes, physiothérapeutes, ostéopathes, ergothérapeutes, TRP… plus de cinquante membres. J’ai le cœur dans la gorge, l’endroit fourmille de clients et de thérapeutes. Au comptoir de réception, quatre personnes dirigent la symphonie.

« Bonjour, comment puis-je vous aider aujourd’hui ?

– Mon nom est Daniel, j’ai rendez-vous avec Mme Gina à 14 heures

– Merci, je la préviens, elle sera avec vous sous peu. »

Après les formalités d’usage, nous nous dirigeons vers son bureau. Gina est directrice du centre et physiothérapeute.

L’entrevue est courte et les questions directes: (Notez-les et préparez-vous à y répondre, il en ira de votre succès)

Qu’est-ce qui vous a mené à devenir massothérapeute ?
Vous êtes orthothérapeute, c’est quoi ?
Quelle expérience avez-vous ?
Quand décidez-vous de référer un client à un autre thérapeute ?
Comment agissez-vous avec un client difficile ?

 

Pourquoi j’ai choisi l’AMS

« Finalement, Daniel, comment comparez-vous votre formation avec celle des autres écoles ? (question truquée si vous n’avez pas fréquenté d’autres écoles)

– Gina, il m’est impossible de répondre à votre question puisque je n’ai pas fréquenté les autres écoles. J’ai choisi l’Académie de massage scientifique pour plusieurs raisons, dont :

• L’école a été fondée en 1976 et compte maintenant 8 campus au Québec ;
• Elle a une excellente réputation auprès des employeurs ;
• C’est la seule école qui offre une plate-forme académique WEB ;
• L’AMS fournit les clients en clinique-école ;
• L’Académie offre un programme unique en son genre et des techniques qui ne sont pas offertes ailleurs, par exemple le massage bio-corporel et les traitements d’orthothérapie.

-J’aime bien votre réponse, elle m’indique que vous êtes fier de votre choix et de votre formation. Êtes-vous prêt à me traiter ? »

Un deuxième AYOYE ! Maintenant, comme “toutesuite” ? Je sens mon adrénaline monter. Ok Dan, un peu de contrôle et utilise ton adrénaline pour ralentir le temps et clarifier la situation.

-Mais bien certainement, avec plaisir.”

 

L’orthothérapie en traitement d’entrevue

Gina me pointe la salle de traitement adjacente à son bureau et me dit : “Je vous laisse quelques minutes pour préparer votre salle. Quand vous êtes prêt, vous pouvez venir à la réception, je vous y attends.”

Par chance que tu as apporté ton sac de thérapeute Dan ! Je prépare la salle, connecte mon iPad à mes haut-parleurs portables, prends 2 minutes pour me centrer : “c’est pas la fin du monde Dan, c’est comme tous tes clients en clinique-école. Suis ton protocole MOST. Écoute ses besoins, élabore ton plan de traitement, présente-le, fais-le approuver et exécute-le. Ensuite, tu n’as qu’à valider les résultats avec tes tests et le ressenti de ta cliente. Tiens, suggère-lui donc de prendre un autre rendez-vous pendant que tu y es.”

Je me dirige vers la réception : c’est un départ!

“Bonjour Gina, mon nom est Daniel je suis votre thérapeute aujourd’hui, veuillez me suivre.

Arrivé à la salle de traitement.

– Dites-moi Gina, comment puis-je vous aider aujourd’hui ?

– Eh bien, depuis plusieurs années j’ai une côte qui se déplace occasionnellement pour des raisons inconnues. Mon ostéopathe m’a traité avant-hier, mais j’ai encore un peu de douleur à gauche au niveau du bas dorsal. En fait, le côté gauche de mon dos est douloureux.”

 

À moi de jouer!

Je procède alors une anamnèse rapide. Gina m’a mentionné en entrevue que les gens payent pour un massage et pas pour une évaluation.J’adresserai ce point plus tard quand j’aurai le poste. Je fais quelques tests pour évaluer au niveaux lombaire, dorsal et à l’épaule gauche. Le tout prend au plus 5 minutes.

Sa posture m’indique la possibilité de contractions musculaires causées par une position antalgique que je pourrai cibler lors du massage. Son amplitude articulaire est normale, mais douloureuse en contrarié. Je lui présente mon plan de séance, soit de travailler spécifiquement sur cette zone et elle est d’accord.

Je procède au massage spécifique de la jonction dorso-lombaire. Le petit dentelé postérieur inférieur est très tendu. Une fois celui-ci bien détendu, D10 à D12 sont bien alignées. Je complète le traitement et fais les tests post-traitement.

Comment vous sentez-vous ?

– Je me sens très relaxée et mon dos est plus souple. La douleur est presque complètement partie.

– Très bien alors. Je vous propose de vous revoir dans une semaine pour évaluer les effets du traitement et pour prévenir une récidive. Que diriez-vous de mercredi prochain à la même heure ?”

Nous retournons à la réception pour prendre rendez-vous.

L’entrevue pratique terminée je demande à Gina ses commentaires. Elle m’indique que j’ai traité son problème directement, que j’ai touché toutes les bonnes structures, qu’elle était surprise que j’aie mentionné le DIM à D11 et que le massage du PDPI est un succès.

Sur ce elle me dit qu’elle voit deux autres candidats demain et qu’elle sera en contact avec moi d’ici deux jours.

 

Ma formation d’orthothérapeute à l’AMS porte fruit.

Le lendemain 15 heures, après 23 interminables heures d’attente, mon cellulaire m’annonce que Gina appelle.

“Bonjour Daniel, comment vas-tu ?
– Bien, mais je suis un brin nerveux.
– Eh bien, dans ce cas, je vais mettre fin à ta nervosité. Aimerais-tu te joindre à notre équipe lundi prochain ?
– Absolument !
– Eh bien, si tu peux, j’aimerais te rencontrer vendredi à 10 heures pour finaliser le tout.
– J’y serai sans faute, merci.”

Je raccroche et la première chose qui me vient en tête c’est : la formation d’orthothérapie, ça vaut son pesant d’or.

Maintenant, reste à voir comment je vais m’intégrer à cette super machine de thérapie.

À venir :

Épisode 2 : Ma première semaine en clinique

Extrait :

Un étudiant récemment diplômé orthothérapeute à l’AMS fait part de son expérience de travail en clinique multidisciplinaire. De sa diplomation à titre d’orthothérapeute à la reconnaissance de sa participation au sein de l’équipe, suivez son aventure dans la multisérie : L’arrivée d’un orthothérapeute en clinique multidisciplinaire.


Daniel 
Fournier, collaborateur AMS
Après avoir effectué une longue carrière en technologies de l’information, Daniel a choisi d’étudier la massothérapie. Il est nouvellement diplômé de l’Académie de Massage Scientifique à titre de Massothérapeute Clinicien et Orthothérapeute. Il consacre maintenant son énergie à aider les gens désireux de prendre en charge leur bien-être.

Partager cet article
Retour au blogue
Partager cet article
Articles récents