Ce que la posture de ton client te dit dans son dos — Académie de Massage Scientifique
posture

Ce que la posture de ton client te dit dans son dos

Techniques
15 octobre 2019

Quels secrets la posture de ton client dévoile-t-elle dans son dos?

L’orthothérapie consiste à converser avec le corps de ton client. C’est une négociation.

En tant que thérapeute, afin de ne pas être perçu comme un extra-terrestre par le corps que tu t’apprêtes à soulager, tu dois t’exprimer dans un langage clair et compréhensible de ton interlocuteur et avoir une approche et une stratégie adéquate.

Toute conversation implique un échange. Sinon, tu monologues. Alors, comment le corps de ton client communique-t-il? Il coopère quand il apprécie ton travail, mais te repousse quand tu le flattes dans le mauvais sens du poil. Il s’exprime en employant entre autres les tensions musculaires, les congestions tissulaires, les restrictions d’amplitude… et bien sûr la posture.

 

La posture exprime ses adaptations

Dans le meilleur des mondes, le corps travaille à atteindre entre autres trois objectifs.

La priorité du corps est de vaquer à son passe-temps favori, soit la recherche constante de son équilibre, c’est-à-dire l’homéostasie. Il s’assure que ses articulations soient stables et ses mouvements fluides. Bref, il garantit que les engrenages de sa machine roulent correctement et que le tout soit bien huilé.

Il tente ensuite de réaliser ce passe-temps économiquement et efficacement. Après tout, ses ressources sont limitées; il doit faire ce qu’il peut avec ce qu’il a.

Finalement, il veut être confortable. Si la machine ne s’enfarge pas les pieds dans le tapis, ce confort est en fait le résultat inévitable du bon fonctionnement plutôt qu’un objectif activement recherché.

 

Malheureusement, les conditions ne sont jamais idéales. La posture est en constante adaptation face à l’effort exigé ou le stress (sous toutes ses formes) que le corps endure.

Si une clé anglaise sabote la machine en étant coincée dans les engrenages, les priorités et objectifs s’inverseront. Le corps évite alors la douleur comme la peste. Pour conserver son confort, il triche. Il compense. Le corps recherche une manière différente d’effectuer ses actions malgré le déséquilibre. Il modifie son alignement et sollicite davantage de muscles pour effectuer un même effort, sacrifiant son efficacité économique. Il lance volontairement par la fenêtre sa stabilité articulaire et sa qualité de mouvement.

Vient ensuite l’apparition de frictions, de compressions et d’irritations, jusqu’à ce que son équilibre s’écroule comme un château de cartes. Puis, comme par magie, des problèmes musculaires se pointent le bout du nez, apparaissant de nulle part.

S’il est possible d’observer ces compensations musculaires trahies par la posture, serait-ce possible d’utiliser ces informations de manière constructive dans ton approche thérapeutique?

 

La posture révèle les tensions musculaires

De manière simplifiée et en soustrayant les variables structurales, la posture est le résultat des forces appliquées sur son squelette. Ni plus ni moins.

En effet, l’intégrité de la structure est maintenue majoritairement par l’application continue de forces de traction. Le corps est un amoncellement de bâtons de popsicles unis par beaucoup d’élastiques.

À l’intérieur de ce que permet l’articulation, l’alignement postural migrera naturellement au point d’équilibre des forces, résidant dans lesdits élastiques.

Quelles sont ces forces? L’inévitable gravité et l’ensemble des tensions provenant du tonus musculaire et des contractions plus explosives. Même le mouvement n’est qu’une modification de l’alignement, de la posture.

posture

Alors que dit la posture? Elle démontre l’amalgame des tensions que subit le corps. Bref, en un seul coup d’œil, tu détiens une idée rapide et générale d’où investiguer afin de plus efficacement soulager les problématiques musculaires de ton client.

Dans tout alignement, les muscles concentriquement contractés créent la dysfonction pendant que les muscles en position excentrique, étirés, la permettent.

 

La posture trahit son stress

Quoi? Personne n’est stressé dans la vie…! Sarcasme à part, un des premiers effets du stress est l’altération du mouvement respiratoire.

Est-ce qu’il y a un mouvement plus répétitif que respirer? En moyenne, le mouvement respiratoire d’un adulte dure entre trois et cinq secondes. Ça représente douze à vingt respirations par minute, ou 720 à 1200 par heure, ou 17 280 à 28 800 par jour!

 

Cela dit, encadre-moi ça avec des néons : plus le mouvement est répétitif, plus l’alignement postural est important.

Une irritation aux allures innocentes, mais répétées encore et encore et encore, se transforme rapidement en un effet boule de neige. Exécute un push-up avec une mauvaise posture, ce n’est pas la fin du monde; effectues-en vingt milles tout croche… ouch!

 

Pour maintenir son confort, le corps sacrifie son alignement pour mieux compenser et tricher son mouvement respiratoire. Ensuite, le classique carrousel s’embourbe dans un cercle vicieux : le corps sacrifie de plus en plus son alignement dans sa compensation, pendant que la modification posturale entretient le mécanisme problématique et s’amuse à asséner des coups derrière les genoux de toute tentative à contrer le phénomène.

 

La posture comme espion

L’alignement postural de ton client trahira ce qu’il ne te dit pas et confirmera ce qu’il dit. Le prendre en compte te permet de mieux approcher la condition que te présente ton client. Ainsi, en concentrant tes actions thérapeutiques aux endroits stratégiques que t’indique la posture, tu gagnes en temps, en pertinence et en efficacité.

Ton client découvre que, comme par hasard, tu mets le doigt sur le bobo assez promptement. Il réalise que tu contrecarres efficacement, voire aisément, les effets de son stress et de ses tensions musculaires. Il remarque ensuite que ta capacité à briser les cercles vicieux qui l’emprisonne dans sa douleur lui évite plus longtemps la récidive. Bref, il aime ça.

 

Même si la posture n’est aucunement la source de tous les maux, elle représente néanmoins une variable importante dans ton équation. Tu ne peux pas l’ignorer dans ton approche thérapeutique. C’est entre autres dans l’approche posturale que l’orthothérapie trouve son holisme.

L’interprétation de celle-ci te permet, en tant qu’orthothérapeute, d’éviter de te cogner le nez sur de la musculature non coopératrice, et, à l’opposé, d’augmenter grandement tes chances de réussite en approchant les problématiques d’une position avantageuse.

Le corps est un livre ouvert. Lis-le.

Intéressé par la profession d’orthothérapeute? Consultez nos programmes!

 

Philippe-Olivier Jasmin, collaborateur AMS
Orthothérapeute clinicien MQ, il œuvre depuis 2007 en clinique multidisciplinaire et en clinique médicale privée. Il est également superviseur-coach d’orthothérapie au campus de Montréal de l’AMS.

Mais qui est Philippe-Olivier Jasmin? Une partie rêveuse, un soupçon de zèle et de perfectionnisme, beaucoup de zen, des esprits de guerriers et de philosophes, et juste assez de sarcasme et d’humour. Partez le malaxeur. Bam! On a un P-O.

Partager cet article
Retour au blogue
Partager cet article
Articles récents